Notre équipe de conseiller est à votre disposition pour la Formation Recruteur Football

Merci pour votre intérêt. Nos conseillers vous contacteront dans les prochains jours. Vous allez être redirigé vers notre brochure dans quelques secondes...
Oops! Impossible de valider vos données. Veuillez les vérifier...
Vos données restent strictement confidentielles. En validant le formulaire, vous acceptez d'être recontacté par un conseiller pédagogique de Formations Football.
cross icon

Notre équipe de conseiller est à votre disposition pour la Formation Analyste Vidéo

Merci pour votre intérêt. Nos conseillers vous contacteront dans les prochains jours. Vous allez être redirigé vers notre brochure dans quelques secondes...
Oops! Impossible de valider vos données. Veuillez les vérifier...
Vos données restent strictement confidentielles. En validant le formulaire, vous acceptez d'être recontacté par un conseiller pédagogique de Formations Football.
cross icon
Saint-Etienne, le maintien à portée de mains ?

Saint-Etienne, le maintien à portée de mains ?

23/2/23

La très bonne forme des Stéphanois en championnat récemment a attiré ma curiosité sur les ambitions de Pascal Dupraz, fraîchement arrivé en poste le 15/12/21 et qui a pour mission de sauver l’AS Saint-Étienne.

Il est donc important d’analyser les 3 derniers matchs de l’AS Saint-Étienne, face au Angers SCO, au Montpellier-Hérault et face au Clermont Foot. L’AS Saint-Étienne a gagné ces 3 matchs, respectivement sur les scores de 0-1, 3-1 et 1-2 et nous verrons que les stéréotypes concernant Pascal Dupraz sont totalement contredits pour le moment.

L’AS Saint-Étienne s’est déplacée au Angers SCO pour un match en retard de la 20ème journée. Ce match arrive 5 jours après une défaite dans le derby sur le score de 0-1, match où l’AS Saint-Étienne n’a pas existé malgré un Olympique Lyonnais très timide.

Pour ce match, Pascal Dupraz met en place un système à 3 défenseurs avec des pistons, un double pivot Lucas Gourna – Aimen Moueffek et un trio offensif Ryad Boudebouz – Arnaud Nordin – Bakary Sako. (source : SofaScore)

Le système est une chose, l’animation en est une autre. Dès les premières minutes, on peut voir une structure défensive en 532 avec des pistons qui viennent chercher les pistons adverses très haut, et une ligne de 3 attaquants qui cadre la relance à 3 du Angers SCO. Le double pivot derrière est chargé des milieux adverses qui offrent des solutions de relance axiale, et les 3 centraux couvrent les sorties de leurs pistons.

Comme on peut le voir sur cette image, la densité est forte côté ballon et on empêche vraiment la progression axiale :

Cette densité côté ballon appelle à une récupération dans la zone voulue pour construire vite grâce à la proximité des joueurs.

Mais quand on n’arrive pas à reconstruire rapidement et que l’on perd le ballon, alors il faut installer un contre-pressing, et l’AS Saint-Étienne l’a très bien fait :

Autre exemple ici du très bon pressing organisé des stéphanois :

À noter que les captures d’écran sont prises dans un contexte visualisé auparavant, elles sont plus nombreuses que les vidéos par souci d’une lecture fluide.

Globalement, l’AS Saint-Étienne a été très bon dans son pressing et Angers n’a que peu trouvé les solutions, l’AS Saint-Étienne a tenté 35 pressing collectifs pour 46% réussis (source : InStat)

Il est important de souligner que, étant très exigeant physiquement et mentalement, le pressing a parfois pu être mal coordonné, comme ici :

En ce qui concerne la structure offensive, l’AS Saint-Étienne s’est animé en 3241 avec un double pivot Moueffek-Gourna avec l’un ou l’autre plus haut (mais jamais en même temps), Nordin-Boudebouz dans les demis espaces avec Boudebouz qui se baladait pour créer des surnombres sur les ailes, et des pistons très haut notamment Maçon puisque 36 attaques sont passées par son côté.

L’apport des milieux offensivement a été important dans cette rencontre, notamment sur le seul et unique but de la rencontre :

L’AS Saint-Étienne a également utilisé une autre arme durant cette rencontre : la progression du ballon par la conduite via le surnombre à la relance. Comme on peut le voir ici, Nadé n’hésite pas à progresser car la structure du jeu le lui permet :

Autre variante offensive : la création de triangles sur les côtés pour libérer des joueurs marqués individuellement. On voit notamment ici Moueffek dé-zoner sur la gauche, Maçon occuper la ligne défensive du SCO Angers et Nordin dans l’axe.

Enfin, mon coup de cœur de ce match : Mickaël Nadé (1999).

Très solide avec 75% de duels gagnés, 13 ballons récupérés et une très bonne lecture du jeu et notamment de la profondeur. Solide dans le 1 contre 1 il a su éteindre les moindres offensives Angevines.

Suite à une défaite en Coupe de France à Bergerac, l’AS Saint-Étienne reçoit le Montpellier Hérault et se doit de réagir, d’autant plus que des belles choses ont été montrées face au Angers SCO.

En ce qui concerne la composition d’équipe, on observe 5 changements par rapport au match face au Angers SCO, avec les titularisations de Mangala, Sacko, Youssouf, Khazri (C) et Bouanga. (Source: SofaScore)

Face à Angers, l’AS Saint-Étienne s’est disposé en 532 médian, face au Montpellier Hérault on a plutôt remarqué un replacement en 541 avec Boudebouz seule pointe.

Cependant, dès qu’une passe négative était effectuée, la sortie était très rapide : on voyait des pistons sortir haut et Boudebouz être accompagné au pressing pour former une première ligne de 3 comme face au Angers SCO.

Illustration ici avec la structure défensive puis la transformation pour presser. (source : SofaScore)

Comme face au Angers SCO, l’AS Saint-Étienne a contre-pressé son adversaire, le forçant à déjouer. Malgré la facilité technique habituelle des Montpelliérains, les Verts ont mis une intensité telle qu’ils ont forcé la perte de balle des Montpelliérains dans leur propre dernier tiers.

Significatif de ce pressing/contre-pressing : c’est Wahbi Khazri, Denis Bouanga et Yvann Macon qui ont réalisés le plus de pressions pour l’AS Saint-Étienne avec respectivement 20, 14 et 12 pressions effectuées, pour plus d’une pression sur 3 effectuée aboutissant à une récupération de balle. (source : FBref)

Avec 3 tirs, le Montpellier Hérault n’a pas su trouver la faille face à des Stéphanois conquérants et très bien organisés.

Concernant l’animation offensive, l’AS Saint-Étienne a réédité le même plan de jeu que face au Angers SCO. Boudebouz se balade souvent dans l’intervalle pour créer des surnombres puis trouver ses pistons ensuite qui sont très haut, les centraux progressent balle au pied et les milieux dépassent leurs fonctions.

Avec 24 tirs, c’est le match où les Verts ont tiré le plus au but cette saison. C’est également le match où ils ont cadrés le plus avec 10 tirs cadrés et le match avec leur taux de buts attendus le plus élevé (2,8xG) (source : InStat)

Voici la répartition des tirs de l’AS Saint-Étienne (source : InStat)

InStat

L’intelligence avec laquelle les Verts ont manœuvré le Montpellier Hérault a été remarquable. Ils ont su se créer des occasions en récupérant haut, mais également en construisant de plus bas en créant le décalage par la passe et le déplacement pour attirer le bloc d’un côté et jouer vite de l’autre. Illustration avec cette action. (source : InStat)

On a pu, par rapport au match face au Angers SCO, remarquer les mêmes intentions de pressing/contre-pressing mais avec une intensité un cran au-dessus, sûrement dû à la présence du public.

Très peu de différences si ce n’est dans l’utilisation des pistons puisque Saint-Etienne a centré 35 fois face au Montpellier Hérault contre 4 fois face au Angers SCO.

Après cette belle victoire et ce match référence, l’AS Saint-Étienne se déplace au Clermont Foot.

Le match est âprement disputé avec 27 fautes, 5 cartons jaunes (source : FBref) et du vent qui va largement embêter les Stéphanois et notamment Paul Bernardoni en première mi-temps.

Pour ce match, Pascal Dupraz décide de reconduire Thioub, Camara et Nordin à la place de Macon, Bouanga et Youssouf qui étaient titulaires face au Montpellier Hérault. (Source SofaScore) :

Globalement, l’AS Saint-Étienne a appliqué ses principes vus face au Angers SCO et face au Montpellier Hérault à savoir une relance à 3 au sol, largeur des pistons, contre-pressing à la perte et cadrage de la relance du Clermont Foot en individuel.

Cependant, Pascal Dupraz a réservé un coup tactique qui a donné des maux de tête aux Clermontois.

Camara était placé en “numéro 10” et il était chargé de suivre peu importe où il allait Johan Gastien. Ce dernier a réussi seulement 37 passes lors de ce match, alors qu’il est en moyenne à 70 passes réussies par match (source : FBref). Il a touché 65 ballons là où il en touche en moyenne 95 par match (source : FBref).

On peut parler ici d’un véritable « plan anti Gastien » qui a fait déjouer les Clermontois.

On voit bien ici le 5212 des Verts, avec Kolodziejczak qui sort sur son adversaire direct et surtout Camara qui est collé à Gastien pour le couper de sa relation avec le reste de son équipe.

Autre illustration avec, en bas de l’image, Camara qui suit Gastien partout où il va sur le terrain. Clermont voit son principal circuit de relance totalement coupé et ne peut relancer proprement comme à son habitude.

Concernant sa relance, l’AS Saint-Étienne ne change pas depuis ses deux derniers matchs : relance à 3+1 avec Boudebouz cette fois en « +1 ».

Comme on peut le voir, Boudebouz apporte le +1 en étant au centre, mais il le fait aussi en s’excentrant lorsque un des centraux est plus haut.

Comme dit auparavant, l’AS Saint-Étienne a mis en place un pressing très efficace sur la relance du Clermont Foot avec 34 pressions effectuées dans le tiers de relance Clermontois.

Illustration avec cette séquence :

À la fin, c’est une victoire 1-2 de l’AS Saint-Étienne sur le terrain du Clermont Foot grâce à des buts de Mahdi Camara et de Timothée Kolodziejczak.

Après visionnage et analyse de ces trois matchs, face au Angers SCO, au Montpellier Hérault et au Clermont Foot, je suis très surpris et heureux de voir le caractère très protagoniste des hommes de Pascal Dupraz.

Outre la transmission de caractère, de don de soi et d’envie, Pascal Dupraz transmet un véritable projet d’équipe dans lequel chacun s’y retrouve et porté vers l’avant contrairement à ce que beaucoup pensent de lui.

Il a réussi à éteindre Angelo Fulgini, Jordan Ferri et Florent Mollet, puis Johan Gastien, des joueurs qui sont des métronomes de leur équipe mais qui n’ont pas existé dans ces matchs.

La volonté de vite récupérer, puis la solidité lorsque ce n’est plus possible, c’est ce qui me marque.

De nombreux axes de progrès existent mais l’essentiel est là pour se maintenir du côté des Verts.

parler à un conseillerparler à un conseiller

Nos derniers articles

nos articles
Le poste d'attaquant

Le poste d'attaquant

Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur le poste d'attaquant : son rôle clé sur le terrain, les meilleurs attaquants actuels, des exercices d'entraînement spécifiques, et les différentes positions qu'un attaquant peut occuper.

Recruteur / Scout
Analyse Vidéo Jonathan David

Analyse Vidéo Jonathan David

Plongez dans la rencontre du LOSC face au FC Nantes lors de la 33ème journée de Ligue 1 et profitez de l'analyse vidéo de Jonathan David, attaquant du LOSC qui joue un rôle clé dans la tactique de Paulo Fonseca.

Analyse Vidéo
Luis Enrique : Focus sur l'entraîneur

Luis Enrique : Focus sur l'entraîneur

Lionel Messi, Kylian Mbappé, Sergio Busquets, Iniesta… Voici des noms que Luis Enrique a déjà entrainé. Aujourd'hui à la tête du Paris Saint-Germain, Luis Enrique s'est rapidement imposé comme l'un des entraîneurs les plus en vue du football mondial. Dans cet article, nous plongeons dans l’histoire de ce coach, explorant sa carrière de joueur, son parcours en tant qu'entraîneur et bien plus encore.

Entraîneur Football